Polititanetia - La démocratie est-elle soluble dans le moni ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

28012011

Message 

Polititanetia - La démocratie est-elle soluble dans le moni ?




La liberté d'expression
dérange les despotes
et dérange aussi les antennes locales du capitalisme mondial



Quel est le point commun entre la révolution de Jasmin, la révolution de Papyrus et le FIFO ?

Facile, c'est la lutte du totalitarisme contre l'Internet libre :

  • La Tunisie a pu sa révolution parce que Ben Ali n'a pas pu couper Internet,
  • L'Égypte l'a coupé ces jours derniers pour tenter de déstructurer le souffle de la révolte,
  • Les médias polynésiens du groupe Hersant tentent de faire payer le droit à l'information en Polynésie "au nom de la rentabilité", ce qui revient à isoler les gens par le haut en fonction de leurs revenus.

Une démarche qui va à contre-sens de ce qui se fait partout ailleurs dans le monde démocratique.

Le "débat" n°6 des Rencontres numériques du FIFO était retransmis hier soir sur les ondes de Tahiti Première - Radio.
Objet : "Comment le numérique révolutionne la création, l’information et leur diffusion ? "
Je crois qu'il n'y a pas eu beaucoup d'auditeurs, d'une part parce que la qualité sonore était odieuse, d'autre part parce que le début a été très langue de bois auto-satisfaite et enfin parce que le plus réfléchi de la bande ne parlait qu'en anglais et que la traduction en "live" était lourde. J'aurais certainement zappé si je n'avais pas été en train de faire autre chose et si le sujet ne m'avait pas semblé dangereux.

On a surtout entendu ceux ayant un micro au podium, évidemment. J'ai surtout entendu des prénoms et sans y faire attention, donc je me fie à ce qu'en dit Tahiti Infos ci-dessus, c'est à dire :
  • Bernard Benhamou, Délégué aux usages de l’Internet (ça veut dire "animateur" en politiquement correct),
  • Eric Bourgeois, Directeur de l’ICA,
  • Nathalie Montelle, Tahiti infos,
  • Cay Wesnigk, Directeur réalisateur, responsable du site Online film en Allemagne (le seul neurone du plateau, mais ne parlant pas français),
  • Richard Brozat, directeur du groupe Hersant Polynésie.
Les interventions du mec de l'ICA ne m'ont pas marqué, sans doute parce qu'elles étaient neutres, descriptives du fonctionnement de ce qui passe par l'ICA et qui donc ne touche pas directement le moni des particuliers.

Donc 3 forces :
- La presse 100% Internet avec Tahiti Infos,
- La presse 100% Hersant avec son directeur régional,
- La presse libre avec un mec handicapé par le reo farani, à traduire en live.
L'issue du combat débat est donc toute tracée, d'entrée : En gros, on confronte une nana qui se démerde essentiellement toute seule mais en vrai chef, un intello venu d'ailleurs et un mec très riche et très puissant cherchant avant tout à faire le max de marges.

Amusant de voir qu'il n'y avait pas de journaliste "de base" ...

L'état des lieux est relativement consensuel malgré tout :
- L'information sur Internet est quelque chose qui a un coût, tout journaliste professionnel doit être payé de son travail.
- Il est plus critique de contrôler les flux de diffusion que l'information elle-même, celui qui les tient contrôle la population.
- L'information issue des journalistes professionnels doit être fiable, vérifiée, sinon payer les médias est un totalitarisme économique injustifiable.
- Toute structure médiatique aujourd'hui doit chercher à se financer non pas par l'information - qui est un droit - mais autrement, par la pub surtout en fait, ce qui est très difficile, particulièrement au fenua où les entreprises à budget marketing sont rares.

Sinon, évidemment :
  • Hersant a défendu/justifié la politique de sa boutique c'est à dire le rançonnement de l'info au nom de "la rentabilité" et avec une agressivité évidente contre tout ce qui est "libre" ou gratuit,

  • Tahiti Infos a donné pas mal de détails sur son mode de fonctionnement, ses difficultés et sa faible rentabilité actuelle tout en défendant la gratuité de l'information

  • et notre intello allemand a essayé d'expliquer en anglais qu'en démocratie la liberté d'expression et l'accès à l'information sont des droits fondamentaux qui dérangent furieusement les représentants du grand capitalisme comme le prouve la "nouvelle" politique Hersant de faire payer ce qui est du et comme le montre leur tendance mondiale à vouloir contrôler les flux d'information plus que l'information elle-même et de tenter aussi de faire payer ce qui est du partout où c'est possible.
    Il a pointé le fait que les grands combats actuels des majors, Google, Amazon et autres, sont sur l'hégémonie sur les flux d'information et que c'est très dangereux pour tout le monde comme l'est tout monopole contre la démocratie.

Histoire d'amour
Je ne sais pas où on va mais je vois très bien que mettre un militaire, un flic ou un péage entre l'internaute de base et l'information de base est totalitaire, tout comme de dénigrer/taper sur les blogs qui relayent ou/et apportent des informations sans que leurs auteurs soient des journalistes appointés par le "grand capitalisme de la mondialisation".

Donc, Oui, Tunisie, Égypte, Polynésie, même combat.



Vive la Démocratie !
Tous dehors !
avatar
Mimi mato

Messages : 292
Date d'inscription : 21/04/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

- Sujets similaires
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum